Le phénomène populiste n’a jamais été autant scruté, analysé et questionné. Un aspect demeure cependant moins étudié : c’est celui de l’impact du populisme sur les politiques étrangères des États et sur leurs relations dans un système international en transition, question rendue plus aiguë encore par la victoire de Donald Trump, populiste en chef à la tête de la première puissance mondiale. Au-delà des problèmes de définition, la question plus fondamentale nous semble être celle de la pertinence et de l’utilité du concept pour l’analyse et la compréhension de la politique étrangère des États-Unis.

Y a-t-il une politique étrangère populiste ? Non. Le populisme au pouvoir modifie-t-il la politique étrangère ? Sans aucun doute. Les deux premières années de présidence Trump fournissent une expérimentation en temps réel, et une illustration indéniable, de l’impact du leader populiste sur la politique étrangère.

La suite à lire dans le dernier numéro de la revue Le Débat.

trump pr blog

Je travaille depuis 2016 sur ce thème de l’impact du populisme sur les politiques étrangères et les relations internationales, dans le cadre d’un groupe de recherche transatlantique (entre autres).

Voir également sur ce blog ici, ici, ou encore ici.