Froggy Bottom

la politique étrangère des Etats-Unis — vue de Paris

Les Etats-Unis et le monde

Je suis très heureuse de vous présenter mon livre paru en avril 2018 aux Editions Perrin. Il s’agit d’un essai historique, réflexion sur l’évolution du rapport des Etats-Unis au reste du monde au cours de leur histoire, où j’ai voulu intégrer le plus possible les apports de l’historiographie récente (voir la bibliographie, sélective, que je reproduis ici en fin de post).

Vous pouvez lire ici la présentation de l’éditeur. Je présente à la suite un extrait de l’introduction.

img couv et 4e

 

Extrait de l’introduction:

Cet ouvrage propose de réexaminer l’histoire du rapport au monde des Etats-Unis depuis la naissance du pays, avec une attention particulière au lien entre actions extérieures et évolutions internes. L’évolution de la politique étrangère américaine est également inséparable des soubresauts et aléas de l’identité américaine, définie par la notion d’exceptionnalisme, ancrée dans la naissance et l’histoire du pays. Le propos de ce livre est que la politique étrangère des Etats-Unis est aussi, et toujours, de la politique intérieure, car le peuple est au cœur du système politique américain, y compris, cas relativement unique, en politique étrangère : une certaine adhésion populaire a toujours été nécessaire, même si elle n’exclut pas une certaine manipulation. Si la prise en compte de l’opinion publique dans la mise en œuvre de la politique étrangère semble de plus en plus généralisée dans de nombreux régimes politiques, il reste que les Etats-Unis ont été un pays précurseur en la matière, et cette pratique ancienne explique certaines originalités de l’élaboration de la politique étrangère américaine, ainsi que ses variations historiques.

Le propos central, ici, est également de réexaminer un certain nombre de mythes sur la politique étrangère des Etats-Unis. En particulier, le prétendu isolationnisme des Etats-Unis jusqu’à la fin du XIXe siècle (qui n’a jamais existé, sauf à considérer l’expansion continentale comme de la politique intérieure – Amérindiens et Mexicains, entre autres, apprécieront), la rupture de 1898 qui marquerait la naissance de l’impérialisme américain (alors que la notion d’empire est présente dès l’origine du pays, et fréquemment invoquée par ses Pères fondateurs), ou encore le début du siècle américain. L’enjeu fondamental est de rappeler l’influence des questions intérieures sur la politique extérieure, influence qui découle de la place unique du Congrès dans le processus de décision en politique étrangère, qui est avant tout un processus de groupe, où les acteurs privés ont également toute leur place, et ce dès l’origine du pays.

Au-delà, il s’agit de remettre en question une vision classique de la politique étrangère américaine, qui résulte d’une réécriture délibérée de l’histoire du pays par la génération des années 1950, afin de défendre la politique extérieure de la guerre froide et de construire un soutien populaire à une stratégie en rupture complète, sur certains points, avec l’histoire antérieure des Etats-Unis. Cette construction influence encore la vision de la politique étrangère américaine, que ce soit par les observateurs extérieurs ou par les Américains eux-mêmes, alors qu’elle repose sur la fabrication consciente de mythes sur la relation américaine au monde, et sur l’identité du pays, lectures largement remises en question par l’historiographie récente, si ce n’est la science politique. Ainsi, les Etats-Unis n’ont quasiment jamais été isolationnistes, en dehors de quelques périodes très restreintes de leur histoire. Et tous les présidents américains, de George Washington à Donald Trump, ont envoyé des soldats combattre à l’étranger. Mais l’erreur majeure la plus répétée est sans doute de voir toute la thématique de la conquête de l’Ouest et de la frontière traitée comme de la politique intérieure – sauf à défendre l’idée que l’acquisition de nouveaux territoires appartenant à d’autres pays ou peuples serait de la politique intérieure. En réalité, l’expansion du XIXe siècle est de la politique extérieure et participe d’un continuum depuis la fondation du pays, que l’on peut résumer par l’ambition déjà exprimée par George Washington : la construction d’une grande puissance.

L’exceptionnalisme américain a une double signification, qui n’a en soi rien d’unique – la France, pour ne citer qu’elle, a également une conception messianique et universaliste de sa politique étrangère. Il exprime, d’une part, l’identité du pays, la notion d’un peuple élu réalisant un destin unique et universel sur la terre promise du continent nord-américain. Mais l’exceptionnalisme définit également, d’autre part, la politique étrangère américaine, comme mission reposant sur la conviction d’un rôle unique et spécial dévolu au pays parce qu’il serait le plus qualifié pour guider le monde vers la paix et la prospérité globales, en raison de ce que les Etats-Unis sont, ou du moins pensent être : un pays défini par un processus politique unique et terre de libertés, mais aussi société d’abondance promettant la réalisation d’un « bonheur » matériel promis par la Constitution américaine, le tout dépendant d’un modèle supposément diffusable et reproductible par tous et partout dans le monde. Une vision qui n’inclut pas le versant sombre de l’histoire américaine, ce qui explique l’entreprise de redéfinition de l’exceptionnalisme tentée par Barack Obama, un exceptionnalisme incluant le progrès continu mais aussi le côté obscur de la psyché américaine.

La notion d’exceptionnalisme traduit ainsi non seulement l’idée du caractère unique de l’expérience américaine, mais aussi le présupposé d’une coïncidence entre les intérêts américains et la prospérité mondiale, l’idée d’une puissance bénéfique et donc d’une hégémonie acceptable. Elle suppose une croyance en la supériorité du modèle américain : or c’est bien cette croyance qui est battue en brèche, non seulement dans le monde depuis quelques décennies, mais désormais, et surtout, par les Américains eux-mêmes dans leur majorité, et pour la première fois de leur histoire.

Le rêve américain fait de moins en moins rêver, et ce fait ébranle la conception que les Américains ont d’eux-mêmes, ainsi que leur relation au reste du monde. C’est aujourd’hui la principale rupture, mais non la seule : la place de l’Europe et la force du lien transatlantique sont également bousculés, de même que le fonctionnement du système politique et le respect de la Constitution de 1787, remis en cause par trois phénomènes liés entre eux – l’extrême division de la société américaine contemporaine, l’état de guerre permanente dans lequel s’est installé le pays, et une présidence toujours plus impériale.

En podcast: j’ai eu le plaisir d’en parler dans l’excellente émission Cultures Monde (France Culture) qui faisait cette semaine une série spéciale sur les Etats-Unis: Politique étrangère: la fin du siècle américain

Vous pouvez l’acheter dans votre librairie de quartier (j’espère), le commander sur le site de l’éditeur, sur Fnac ou Amazon, etc.

img couv

 

Bibliographie sélective:

Stephen Ambrose, Douglas Brinkley, Rise to Globalism: American Foreign Policy since 1938, 8e éd., New York: Penguin, 1997.

Christian G. Appy, American Reckoning: The Vietnam War and Our National Identity, New York: Penguin, 2015.

Raymond Aron, République impériale. Les Etats-Unis dans le monde, 1945-1972, Paris : Calmann-Lévy, 1973.

David P. Auerswald, Colton C. Campbell (dir.), Congress and the Politics of National Security, New York, Cambridge University Press, 2012.

Max Boot, The Savage Wars of Peace. Small Wars and the Rise of American Power, New York: Basic Books, 2002.

Emily Conroy-Krutz, Christian Imperialism: Converting the World in the Early American Republic, Ithaca: Cornell University Press, 2015.

Edward S. Corwin, The President: Office and Powers, 1787-1957, New York: New York University Press, 1957.

Michael Patrick Cullinane, David Ryan (dir), U.S. Foreign Policy and the Other, Oxford: Berghahn Books, 2015.

Mark Danner, Stripping Bare the Body. Politics Violence War, New York: Nation Books, 2009.

Charles-Philippe David (dir), La politique étrangère des Etats-Unis : Fondements, acteurs, formulation, 3e éd., Paris : Presses de Sciences Po, 2015.

Claire Delahaye, Serge Ricard (dir), L’héritage de Théodore Roosevelt : impérialisme et progressisme (1912-2012), Paris : L’Harmattan, 2012.

Colin Dueck, Hard Line. The Republican Party and Foreign Policy Since World War II, Princeton, NJ: Princeton University Press, 2010.

Colin Dueck, Reluctant Crusaders: Power, Culture, and Change in American Grand Strategy, Princeton, NJ: Princeton University Press, 2008.

Andrew Hartman, A War for the Soul of America: A History of the Culture Wars, Chicago: University of Chicago Press, 2015.

Pierre Hassner, La Terreur et l’Empire. La violence et la paix II, Paris : Seuil, 2003.

Mary Ann Heiss, Michael J. Hogan (dir), Origins of the National Security State and the Legacy of Harry S. Truman, Kirksville: Truman State University Press, 2015.

Walter Hixson, The Myth of American Diplomacy. National Identity and U.S. Foreign Policy, New Haven and London: Yale University Press, 2008.

Richard Hofstadter, The American Political Tradition and the Men Who Made It, New York: Knopf, 1948.

Robert D. Johnson, Congress and the Cold War, Cambridge: Cambridge University Press, 2006.

Robert Kagan, Dangerous Nation. Americas’ Foreign Policy from Its Earliest Days to the Dawn of the Twentieth Century, New York: Random House, 2007.

Maya Kandel, Mourir pour Sarajevo. Les Etats-Unis et l’éclatement de la Yougoslavie, Paris : CNRS Editions, 2013.

Matthew Karp, This Vast Southern Empire: Slaveholders at the Helm of American Foreign Policy, Cambridge: Harvard University Press, 2016.

Paul Kennedy, Naissance et déclin des grandes puissances : Transformations économiques et conflits militaires entre 1500 et 2000, Paris : Payot, 1989.

Henry Kissinger, Diplomacy, New York: Simon & Schuster, 1994.

Ronald R. Krebs, Narrative and the Making of U.S. National Security, Cambridge: Cambridge University Press, 2015.

Kevin M. Kruse, One Nation Under God: How Corporate America Invented Christian America, New York: Basic Books, 2015.

Denis Lacorne, La crise de l’identité américaine, Paris : Fayard, 1997.

Walter LaFeber, The New Empire. An Interpretation of American Expansion, 1860-1898, Ithaca, NY: Cornell University Press, 1963.

Anatol Lieven, America Right or Wrong. An Anatomy of American Nationalism, New York: Oxford University Press, 2012.

Seymour Martin Lipset, American Exceptionalism, A Double-Edged Sword, New York: W.W. Norton & Company, 1996.

Jeffrey J. Malanson, Addressing America: George Washington’s Farewell and the Making of National Culture, Politics, and Diplomacy, 1796-1852, Kent: Kent State University Press, 2015.

Michael Mandelbaum, Mission Failure: America and the World in the Post-Cold War Era, Oxford Univ. Press, 2016.

Noel Maurer, The Empire Trap: The Rise and Fall of U.S. Intervention to Protect American Property Overseas, 1893-2013, Princeton: Princeton University Press, 2013.

Walter A. McDougall, Freedom Just Around the Corner: A New American History 1585-1828, New York: HarperCollins, 2004.

Walter A. McDougall, Throes of Democracy: The American Civil War Era 1829-1877, New York: HarperCollins, 2008.

Walter A. McDougall, Promised Land, Crusader State. The American Encounter with the World Since 1776, New York: Houghton Mifflin, 1997.

James M. McPherson, The War That Forged A Nation: Why The Civil War Still Matters, New York: Oxford University Press, 2015.

Walter Russell Mead, Special Providence. American Foreign Policy and How it Changed the World, New York: Routledge, 2002.

Jeffrey W. Meiser, Power and Restraint: The Rise of the United States, 1898-1941, Washington, DC: Georgetown University Press, 2015.

Pierre Melandri, Histoire des Etats-Unis (2 tomes), Paris : Perrin, 2013.

Pierre Melandri, Le siècle américain, une histoire, Paris : Perrin, 2016.

Matthew S. Muehlbauer, David J. Ulbricht, Ways of War: American Military History from the Colonial Era to the Twenty-First Century, New York: Routledge, 2013.

Kevin Phillips, Wealth and Democracy, New York: Broadway Books, 2002.

Nelson W. Polsby, How Congress Evolves. Social Bases of Institutional Change, Oxford: Oxford University Press, 2004.

Samantha Power, A Problem From Hell. America and the Age of Genocide, New York: HarperCollins, 2002.

Arthur M. Schlesinger, Jr, La présidence impériale, Paris : PUF, 1976.

Stephen Sestanovich, Maximalist: America in the World from Truman to Obama, New York: Alfred A. Knopf, 2014.

Jack Snyder, Myths of Empire: Domestic Politics and International Ambition, Ithaca: Cornell University Press, 1991.

Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, Paris : Flammarion, 1981.

Justin Vaïsse, Histoire du néoconservatisme aux Etats-Unis, Paris : Odile Jacob, 2008.

Odd Arne Westad, The Global Cold War: Third World Interventions and the Making of our Times, Cambridge: Cambridge University Press, 2006.

Jon Western, Selling Intervention and War. The Presidency, the Media, and the American Public, Baltimore: Johns Hopkins University Press, 2005.

Eugene R. Wittkopf, James M. McCormick (dir), The Domestic Sources of American Foreign Policy. Insights and Evidence, Boston: Rowman & Littlefield, 1999.

Fareed Zakaria, Le monde post-américain, Paris : Perrin, 2011.

Julian Zelizer, On Capitol Hill. The Struggle to Reform Congress and Its Consequences, 1948-2000, Cambridge: Cambridge University Press, 2004.

Julian Zelizer, Arsenal of Democracy: The Politics of National Security. From World War II to the War on Terrorism, New York: Basic Books, 2010.

Howard Zinn, Une histoire populaire des Etats-Unis : de 1492 à nos jours, Marseille : Agone, 2002.

%d blogueurs aiment cette page :