Mourir pour Sarajevo

Mourir pour Sarajevo ? Les Etats-Unis et l’éclatement de la Yougoslavie, Paris: CNRS Editions, 2013, 384 p.

MOURIR POUR SARAJEVOQuelques mots de présentation de mon livre paru en 2013 aux Editions du CNRS. Il est tiré de la thèse que j’ai soutenue en 2010 à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, sous la direction du Professeur Pierre Melandri.

Par rapport à la thèse, le manuscrit a été entièrement revu, j’ai notamment réduit le texte de plus de moitié, supprimé un certain nombre de notes de bas de pages et allégé les parties les plus académiques.

Voici la description de l’éditeur :

Un conflit qui oppose une armée à des civils, l’ONU paralysée par ses divisions, le monde entier saisi d’effroi face au drame des réfugiés et à la mise en œuvre du « nettoyage ethnique »… C’était la dernière guerre européenne du XXe siècle, conséquence sanglante de la chute du mur de Berlin et jalon essentiel pour comprendre les débuts de l’après Guerre froide.

Vingt ans après, Maya Kandel dévoile les dessous de la guerre de Bosnie et de l’intervention américaine. L’histoire d’une paralysie européenne qui marque aussi l’apogée de l’« effet CNN », avec la diffusion des images de camps de prisonniers et le parallèle avec l’Holocauste pour mobiliser les opinions publiques. Une guerre d’un genre nouveau, soulignant le poids des lobbies américains, l’implication des cabinets de relations publiques au service de chacune des parties, de Milosevic à Tudjman, le rôle des organisations juives américaines aux côtés des musulmans de Bosnie…

Après trois années de tergiversations et de massacres, les Américains vont recourir aux vieilles méthodes pour renverser la situation : faire la guerre aux Serbes par Croates interposés. Sur la base d’archives inédites, Maya Kandel révèle qu’en 1994, pour contourner l’embargo onusien, Clinton donne son feu vert aux livraisons secrètes d’armes iraniennes et turques aux Croates puis aux Bosniaques.

Un décryptage historique à rebours des interprétations dominantes sur la désintégration de la Yougoslavie.

 

A retrouver sur Froggy Bottom:

La recension du livre par Pierre Hassner (CERI, Sciences Po).

Le prologue du livre, par le colonel Michel Goya, directeur du bureau recherche du CDEF (Centre de Doctrine et d’Emploi des Forces) à l’Ecole Militaire (Paris), colonel des Troupes de Marine et qui fut casque bleu à Sarajevo en 1993 et 1996.

L’introduction.

Un extrait du chapitre 4 intitulé Le Congrès pour cible, qui porte sur la bataille des lobbies à Washington pour influencer la politique des Etats-Unis dans les Balkans, et plus précisément pour tenter de provoquer ou au contraire prévenir une intervention américaine en Bosnie (qui est aussi le sujet principal du livre). J’ai notamment enquêté sur le rôle de l’agence de relations publiques Ruder Finn et son président, James Harff.

L’entretien que j’ai donné au site BH Info au sujet du livre, notamment l’enquête à Washington et le travail d’archives.

 

Quelques liens supplémentaires:

Le livre sur le site des Editions du CNRS (avec des extraits des critiques parues dans les médias).

Le prologue du livre sur le blog de Michel Goya, La voie de l’épée.

La recension du livre par la revue Esprit.

La critique du Monde Diplomatique.

L’entretien sur le site de BH Info.

Si vous voulez acheter le livre sur Amazon.

2 réflexions sur “Mourir pour Sarajevo

  1. Pingback: Bon 2014 et retour à Sarajevo | Froggy Bottom

  2. Pingback: Dayton, 20 ans après : une intervention américaine réussie? | Froggy Bottom

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s