La stratégie américaine en Afrique

On parle beaucoup de la France en Afrique ces jours-ci, mais les Américains y sont également de plus en plus présents. Pour coller à cette actualité africaine intense, voici un aperçu de la stratégie américaine en Afrique.

(Sur la stratégie américaine en Afrique, voir aussi cet article plus récent sur le blog : « Stratégie américaine en Afrique : risques et contradictions du light footprint »)

L’Afrique subsaharienne est longtemps restée bonne dernière dans la liste des priorités stratégiques américaines. Elle est d’ailleurs la seule région du monde à avoir échappé jusqu’en 1960 au quadrillage mondial des commandements militaires régionaux américains. Elle deviendra, un temps, le terrain d’affrontement indirect entre les deux blocs après les décolonisations, avant de perdre son intérêt pour les Américains, quand elle ne leur fait pas vivre des expériences traumatisantes comme à Mogadiscio en octobre 1993. En 1995, un document stratégique officiel du Pentagone déclare que les intérêts stratégiques américains en Afrique sont inexistants.

Gal Rodriguez

Le tournant vient en 1998, avec les deux attentats simultanés contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie, suivis des frappes décidées par le président Clinton contre le Soudan, sanctuaire provisoire d’Oussama Ben Laden et d’Al-Qaïda pendant la deuxième moitié des années 1990. Ce tournant est évidemment confirmé après les attentats du 11 septembre 2001. Dans la stratégie nationale de sécurité publiée par l’administration Bush en 2002, l’Afrique devient l’un des fronts de la « guerre globale contre la terreur » ; en 2006, elle passe même en « priorité haute ». Cette importance stratégique nouvelle est entérinée en 2007 par la création d’un commandement militaire régional pour l’Afrique, pour la première fois dans l’histoire américaine, baptisé AFRICOM (jusque là, le commandement européen EUCOM était en charge des engagements militaires américains en Afrique). Le commandement d’AFRICOM reste cependant localisé à Stuttgart, comme EUCOM, et comporte 2000 personnes, dont 40% de civils.

La mission du Pentagone en Afrique

La politique américaine repose sur une stratégie de coopération avec les pays africains partenaires (la quasi-totalité des États africains), à travers des programmes régionaux et des accords bilatéraux. L’objectif principal est d’aider les armées locales à développer leurs capacités. Les effectifs américains déployés en Afrique représentent environ 5000 hommes, avec des variations en fonction des opérations en cours. L’essentiel de ces moyens est déployé à Djibouti sur la base de Camp Lemonnier (2500 hommes), également la principale base de drones américains dans le monde (il en existe également en Ethiopie, aux Seychelles, au Niger – et sans doute ailleurs encore). Mais le continent africain est également parsemé de « mini-bases » que l’on retrouve dans un grand nombre d’États, en particulier dans l’arc qui va du Golfe de Guinée à la Corne de l’Afrique. Baptisés « lily-pads » (nénuphars), ces nouveaux avant-postes de la présence américaine globale se résument le plus souvent à un hangar quelconque, une poignée de soldats et une flotte plus ou moins importante de petits avions de tourisme truffés d’électronique.

Gal Rodriguez AFRICOMLa mission principale du Pentagone en Afrique est la lutte contre les groupes terroristes islamistes de la Corne de l’Afrique (Somalie) et de la péninsule arabique (Yemen), à travers deux types d’actions : formation et entraînement des forces africaines locales dans le cadre du programme Partnership for Regional Est African Counter Terrorism, et actions directes des forces américaines par l’emploi des drones armés et des forces spéciales. C’est le rôle de la « Combined Joint Special Operations Task Force Horn of Africa » basée à Djibouti, qui comprend environ 2000 hommes travaillant en soutien pour les opérations en Somalie, au Yémen et dans le golfe d’Aden, des conflits compliqués où CIA et Pentagone mènent chacun leurs opérations, avec le concours de sociétés militaires privées particulièrement en Somalie, et d’armées locales comme l’armée éthiopienne.

Le Sahel, enjeu prioritaire

Le Sahel est également un enjeu depuis 2002, date de lancement de la Pan-Sahel Initiative par le département d’État, dont l’objectif est de renforcer la sécurité aux frontières et les capacités contre-terroristes de quatre pays d’Afrique de l’Ouest : Mali, Tchad, Niger et Mauritanie. Le programme devient le Trans-Sahara Counter-Terrorism Partnership en 2005 et son volet militaire, sous la bannière de l’Operation Enduring Freedom (OEF Trans-Sahara), vise à combattre et défaire les organisations terroristes opérant au Maghreb et au Sahel. Le nombre de partenaires est étendu : aux quatre pays de Pan-Sahel s’ajoutent désormais l’Algérie, le Burkina Faso, le Maroc, le Nigeria, le Sénégal et la Tunisie, pour un budget annuel d’environ 100 millions de dollars.

Le programme américain IMET (International Military Education and Training) de formation dans les académies militaires américaines est également étendu à un nombre croissant de pays de la zone, et son budget pour l’Afrique sub-saharienne augmente en conséquence (20,6 millions de dollars en 2008, plus de 33 en 2012). Cette implication américaine dans la zone sahélienne est en train de s’intensifier, notamment dans le cadre du soutien apporté à la France au Mali, justification de l’installation de la nouvelle base de drones au Niger.

Enfin plus ponctuellement, les Américains sont amenés à déployer des forces spéciales, comme c’est le cas à l’heure actuelle avec les militaires américains déployés en Ouganda comme conseillers dans la traque de Joseph Kony et d’autres dirigeants de la LRA. D’autres sont également présents sur des postes avancés en RDC ou en RCA. Il s’agit alors d’aider, de conseiller, d’assister les forces locales, en aucun cas de participer à des combats. D’autant que la liste des mouvements rebelles africains placés sur la liste des organisations terroristes du département d’État n’a cessé de croître sous Obama.

A suivre : AFRICOM, symbole du smart power américain en Afrique ?

10 réflexions sur “La stratégie américaine en Afrique

  1. Pingback: AFRICOM, laboratoire du smart power américain? | Froggy Bottom

  2. Pingback: De la guerre globale aux guerres secrètes | Froggy Bottom

  3. Pingback: Obama et la Libye: aux origines du Leading from behind | Froggy Bottom

  4. Pingback: Du smart power au light footprint : le dilemme américain en Afrique | Froggy Bottom

  5. Paradoxe,non?…comme ils(USA) sont conseillers maintenant au Congo,,je veux bien pcq ils sont les meilleurs,et depuis un certain temps déjà au Rwanda…que pourront ils donner comme conseil aux 2 armées respectives,qui sont en conflits suites aux attaques répétés des APR/FPR,par pseudo-rebellions des pseudos-congolais « tutsiphones » interposées,à l’est du Congo?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s