Etats-Unis Russie, une nouvelle guerre froide a-t-elle commencé à Alep?

J’étais invitée hier sur RFI pour évoquer la Syrie et en particulier le face-à-face qui s’y joue, parmi beaucoup d’autres enjeux, entre la Russie et les Etats-Unis (à réécouter ici). J’en profite pour présenter ici très brièvement quelques aspects importants.

Ce qui se joue à Alep concentre sans doute les deux erreurs d’appréciation majeures d’Obama : sur la Russie et sur la Syrie. Sur la Russie, on se souvient du fameux reset de la première administration Obama, dont l’idée directrice était que la Russie pouvait être un partenaire pour Washington sur certains dossiers, et qu’elle était somme tout une puissance régionale gérable. Cela a fonctionné un temps, sur l’Afghanistan et sur l’Iran. Mais ensuite, on peut dire que Poutine a voulu donner tort à Obama sur tous les points, parce qu’il a refusé de cantonner son pays à ce rôle mineur sur la scène internationale : il a fait le calcul, pas forcément faux d’ailleurs, qu’il était plus intéressant pour la Russie de s’opposer aux Etats-Unis que de collaborer avec eux.

obama-poutine

Il a su par ailleurs saisir toutes les occasions, et on peut identifier les trois étapes de ce retour à une forme de « guerre froide » entre Moscou et Washington : premier tournant, le retour de Poutine à la présidence en 2012 ; deuxième tournant, le refus d’Obama d’intervenir en Syrie à l’été 2013, malgré la transgression par Assad de la fameuse ligne rouge sur les armes chimiques que le président américain avait lui-même édictée. Dernier tournant, toujours en 2013, l’évolution de la situation en Ukraine, un dossier cependant géré alors davantage par les Européens, qui conduit à l’annexion de la Crimée par Moscou en février 2014 et aux opérations russes dans l’Est de l’Ukraine.

A Alep aujourd’hui, on peut dire que Poutine agit sous la pression du calendrier électoral américain : il considère qu’Obama restera fidèle à son principe de non-intervention, dont il faut rappeler qu’il répond aux souhaits de la majorité de la population américaine. Malgré le drame d’Alep, les Américains ne souhaitent pas risquer à nouveau la vie de leurs soldats dans une nouvelle guerre au Moyen-Orient. Pour mémoire, la raison première de la non-intervention américaine en Syrie était l’Iran et la priorité donnée par Obama à un accord avec Téhéran sur le dossier nucléaire.

Poutine considère donc qu’Obama n’interviendra pas dans les derniers mois de sa présidence et il cherche à créer sur le terrain la situation la plus favorable possible afin d’être dans la meilleure position possible face au prochain président américain. Il considère donc qu’il a un peu plus de trois mois (le prochain président américain prendra ses fonctions fin janvier 2017) pour changer la situation sur le terrain : marginaliser l’opposition à Assad hors Etat Islamique afin de valider l’analyse russe (et du régime syrien) de la situation, soit Assad contre les terroristes (voir ce post de Michel Goya pour une analyse militaire de ce qui se joue dans la bataille d’Alep).

Il s’agit bien pour les Russes de préempter les choix du prochain président américain, surtout s’il s’agit de Hillary Clinton, dont Poutine craint qu’elle ne soit plus interventionniste en Syrie que Barack Obama (et en effet, elle a une histoire et une réputation beaucoup plus « faucon »). Le déploiement récent de dispositifs anti-aériens en Syrie est aussi une manière de prévenir toute possibilité de no-fly zones, politique que Clinton avait défendue dans le passé.

alepD’autres ont écrit (voir cet article de Nicolas Tenzer en particulier) sur l’horreur du siège d’Alep et les crimes de guerre russes en Syrie.

Les enjeux sont élevés et le risque de confrontation entre Américains et Russes ne doit pas être pris à la légère. A Washington, et tout particulièrement au Congrès, les références à la guerre froide sont désormais majoritaires, en écho à la quasi-totalité des analyses des think tanks de la capitale américaine. Les prises de position sont tout aussi agressives côté russe.

La Syrie était la dernière tentative de l’administration Obama pour maintenir une relation bilatérale comportant un minimum de dialogue et de coopération avec la Russie, sur la base de l’ennemi commun que devrait constituer le terrorisme et le groupe Etat Islamique en particulier. Poutine l’a repoussée, comme il vient de rejeter l’accord signé en 2000 avec Washington sur le nucléaire. Les frappes russes contre l’EI demeurent symboliques, et la priorité de Poutine n’est pas dans des enjeux locaux : l’objectif russe demeure la capacité d’influence de la Russie sur la scène internationale. Les victimes civiles du siège d’Alep ne comptent pas dans ce calcul. Or la politique russe est appuyée par un dispositif militaire puissant et cohérent, face auquel la seule voie diplomatique (et les sanctions) privilégiée par les Etats-Unis et l’Europe ne fait pas le poids.

Une réflexion sur “Etats-Unis Russie, une nouvelle guerre froide a-t-elle commencé à Alep?

  1. Votre analyse est très partisane, souvenez-vous un peu des débuts de ce conflits. Au début il s’agissait d’une révolution qui a certes été mal gérée par le Président Al-Assad (discutable) et qui a dégénéré en conflit armé. La position Russe en ce temps était en ce moment de jouer le rôle de médiation entre les deux parties, Moscou a même reçu au Kremlin les représentant de cette rébellion pour des pour-parlers. Ils se sont vraiment engagés, à la demande du gouvernement légal de l’Etat syrien, lorsque l’EI s’est mêlée à l’équation. Souvenez vous que l’armée russe à fourni du renseignement et du matériel aux rebelles pour aider à la lutte contre daesh. Le rôle que devraient jouer les occidentaux était de se coordonner avec la Russie en ce moment et s’entendre sur un moyen de trouver un accord entre Assad et la rébellion afin de combattre dans un premier temps l’EI et seulement après trouver un consensus politique interne. Mais Il ont préféré soutenir aveuglement cette rébellion en leur livrant des armes et du financement qui tombaient très souvent entre les mains des terroristes, ce qui a déplu a Moscou et c’est tout à fait normal. Aujourd’hui il n y a presque plus de rebelles, ils collaborent tous avec les extrémistes et il est plus que normal que la Russie dans sa lutte contre le terrorisme les frappes avec tout ce qu’elle a.
    L’accord RUSSIE/USA prévoyait une dissociation des rebelles et des extrémistes par les USA, mais les américains n’ont pas été capable de le faire, et pire encore ils ont bombardé l’armée régulière à Der-ez-zor ce qui a suscité l’indignation de la part du gouvernement syrien ce qui les emmené à suspendre la trêve. Vous êtes d’accord avec moi que si l’Armée syrienne est vaincue aujourd’hui les terroristes s’empareront du pays et ce serait un danger considérable pour l’Europe, moins pour les USA qui sont de l’autre côté de l’Atlantique. Chacun doit mettre de côté son appartenance à tel ou tel bloc et penser un temps soit peu à sa propre sécurité en faisant le nécessaire pour pacifier la Syrie dans les plus brefs délais.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s